La BCE laisse en grande partie les choses suivre leur cours

Marktrapport

Hier, la BCE s'est bien inspirée de la Fed au moment de publier ses nouvelles prévisions d’inflation. Premièrement : augmentez le pic d’inflation à court terme à cause d’une sous-estimation il y a trois mois (2021 : de à 1,9 % à 2,2 %). Deuxièmement : admettez qu’il faudra plus de temps pour que l’inflation retombe à ses niveaux d'avant la pandémie  (2022 : de 1,5 % à 1,7 %). Troisièmement : accrochez-vous, quoiqu'il arrive, au caractère "temporaire" de la poussée inflationniste (2023 : de 1,4 % à 1,5 %). Cette prévision sur le long terme est en effet déterminante pour la politique ultra-accommodante de la BCE. Pour enfoncer le clou, les prévisions de septembre tiennent même compte, par rapport à juin, d’une hausse des prix pétroliers, d’un affaiblissement de l’euro, d’une baisse des taux d’intérêt et d’un recul légèrement plus prononcé du taux de chômage. Enfin : répétez le processus après trois mois. L’inflation américaine a entre-temps déjà passé trois mois consécutifs au-dessus de 5 %. L’inflation européenne a quant à elle atteint 3 %. Cela fait un peu penser à la vision de la politique monétaire à la Peter Pan du gouverneur de la Banque du Japon Kuroda : si vous y croyez suffisamment fort,  l’inflation refera surface (Japon) ou fondra comme neige au soleil (UE/États-Unis).

L’attitude vis-à-vis de l’inflation a provoqué le seul mouvement du marché avant/pendant/après la conférence de presse de Lagarde. L’euro et les taux européens se sont légèrement repliés. Le premier mouvement a été rapidement neutralisé, le second a tenu jusqu’à la fin. La partie longue de la courbe a perdu quatre points de base. La seule véritable adaptation de politique est passée inaperçue. La BCE achètera désormais des obligations à un rythme plus lent dans le cadre du programme d’achats d’urgence face à la pandémie (PEPP). L'assouplissement des conditions financières (euro relativement plus faible, taux plus bas et bourses plus robustes) et le renforcement de l'économie justifient cette décision. La patronne de la BCE, Christine Lagarde, a subtilement ajouté qu’il s’agissait d'un recalibrage de la politique et pas du début de la réduction des achats nets. Paraphrasant à mauvais escient Margaret Thatcher, elle a déclaré : "the Lady's not for tapering". Ce clin d'œil ne colle pas vraiment avec Lagarde, figure autoproclamée du consensus, que ce soit au niveau du caractère ou au niveau du message. N'en faisait généralement qu'à sa tête, la dame de fer avait prononcé la phrase "the Lady is not for turning" pour refuser un assouplissement de politique (budgétaire) malgré des conditions économiques moroses. En guise d'extra, nous rappellerons une autre citation de l'ancienne Première ministre britannique : "Being powerful is like being a lady. If you have to tell people you are, you aren't" ("Être puissant, c'est comme être une femme. Si vous avez besoin de le dire, c'est que vous ne l'êtes pas").

L’antipode de Thatcher a surtout mis l’accent sur la réunion de décembre. À ce moment-là, il faudra trancher sur l’avenir après mars 2022 et donc après le PEPP. Pour éviter une diminution trop marquée des achats nets, et comme les prévisions d’inflation le justifient toujours, l’autre programme d’achats de la BCE (l'APP) devra prendre le relais. La question est de savoir : pendant combien de temps et à quel rythme ? En clair : le PEPP a vu le jour à cause de la situation exceptionnelle de la pandémie, alors que l’APP fait désormais partie des meubles. Au trimestre prochain, le PEPP tournera probablement à un rythme de 60-70 milliards d’euros par mois et l’APP à un rythme de 20 milliards d’euros par mois. Les déclarations des gouverneurs de la BCE gagneront en importance dans les prochains mois.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Le taux swap européen à 10 ans retombe dans un canal de reprise (raide) après la réunion de la BCE.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Dit document is opgesteld door de KBC Economics - Markets desk en is niet opgesteld door de afdeling Research.  De desk bestaat uit Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analisten bij KBC Bank N.V., die gereguleerd wordt door de Autoriteit voor Financiële Diensten en Markten (FSMA). Deze marktadviezen zijn het resultaat van een kwalitatieve analyse, waarin ruimte is voor ervaringen uit het verleden en persoonlijke beoordelingen. De standpunten zijn gebaseerd op de huidige marktomstandigheden en kunnen elk moment veranderen. De meest prominente input komt van publiek beschikbare gegevens, financieel nieuws, economisch en monetair beleid en courante technische analyses. De KBC Economics - Markets desk heeft redelijke inspanningen geleverd om deze informatie te verkrijgen uit bronnen die zij betrouwbaar acht, maar de inhoud van dit document is opgesteld zonder dat er een inhoudelijke analyse is gemaakt van deze bronnen. Er is niet beoordeeld of deze inzichten al dan niet geschikt zijn voor een bepaalde belegger. De meningen zijn onze huidige meningen op de datum die op dit materiaal staat en kunnen tegengesteld zijn aan eerdere aanbevelingen als gevolg van veranderde marktomstandigheden. De auteurs staan niet in voor de nauwkeurigheid, volledigheid of waarde (commerciële of andere) van dit document. Evenmin zijn de auteurs aansprakelijk jegens degenen die dit overzicht ontvangen voor de inhoud ervan of voor enig verlies of schade (hetzij uit onrechtmatige daad (inclusief nalatigheid), contractbreuk, schending van wettelijke of andere verplichtingen ) als gevolg van enig handelen of nalaten op basis van deze inhoud, evenmin voor enige vordering  tegen de auteurs met betrekking tot de inhoud van of de informatie in dit document. Eventuele meningen die hierin worden geuit, weerspiegelen het oordeel ten tijde van het opstellen van het overzicht en kunnen zonder voorafgaande kennisgeving worden gewijzigd. Gezien de aard van dit advies (gekoppeld aan valuta en rente) is het advies over het algemeen niet specifiek van aard.   Als zodanig is er geen verwijzing naar enig corporate finance contract en als zodanig is er geen 12 maanden overzicht op basis van de verschillende adviezen. Dit document is slechts geldig gedurende een zeer beperkte periode, als gevolg van de snel veranderende marktomstandigheden.

Gerelateerde publicaties

MNB bijt minder hard maar lost niet

MNB bijt minder hard maar lost niet

Risico overwaardering Europese vastgoed loopt op

Risico overwaardering Europese vastgoed loopt op

Klaar voor een wereld ‘zonder’ steun?

Klaar voor een wereld ‘zonder’ steun?

Duitse parlementsverkiezingen zijn voorbode van moeizame coalitievorming

Duitse parlementsverkiezingen zijn voorbode van moeizame coalitievorming
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.