Une petite lueur d'espoir a de nouveau suffi...

Les marchés

Big day of negotiations with China. They want to make a deal, but do I? I meet with the Vice Premier tomorrow at the White House.” Signé @realDonaldTrump. Hier, le président américain a de nouveau clairement fait bouger le marché d'un simple tweet. Si le début de la semaine a été marqué par une succession de communiqués tantôt enthousiastes tantôt pessimistes à l'approche de les discussions au sommet prévues à Washington ce vendredi, un tweet bien senti aura suffi pour que les marchés voient de nouveau l'avenir en rose hier. Les bourses européennes et américaines ont clôturé la séance sur des gains allant jusqu'à 1%. Les taux allemands et américains ont grimpé de 5 à 8 points de base. Le cours EUR/USD est parvenu à conserver son gain après avoir rompu le niveau de résistance de 1,10 plus tôt dans la journée.

Malgré les importants mouvements observés sur les marchés hier, nous ne sommes pas vraiment prêts à jouer pleinement la carte d'un climat positif autour du risque. Les États-Unis et la Chine ne signeront pas un accord commercial aujourd'hui. En revanche, les hausses de droits de douane annoncées (15/10 et 15/12) pourraient être reportées en signe de bonne volonté. Des avancées pourraient aussi être réalisées dans certains secteurs comme l'agriculture. Les discussions d'aujourd'hui devraient surtout permettre de poser les bases d'une éventuelle rencontre au sommet entre les présidents américain et chinois en marge du forum de Coopération économique pour l’Asie-Pacifique prévu à Santiago (Chili) les 16 et 17 novembre prochains. Un cadeau de Thanksgivings à l'avance pour Trump. Pour Trump, il s'agira surtout d'attendre le bon moment pour annoncer avoir (officieusement) fait plier les Chinois. Sachant que les élections n'auront lieu qu'en novembre de l'année, il ne voudra certainement pas jouer l'un de ses principaux atouts trop tôt. Nous craignons donc que le différend commercial durera encore quelques mois... Les faibles chiffres économiques, leur influence sur les résultats des entreprises au troisième trimestre et la fin imminente (octobre?) des baisses de taux préventives de la banque centrale américaine pourraient, dans ce contexte, renforcer leur impact (négatif) sur le climat du marché.

Petite ouverture dans le Brexit

Les marchés britanniques ont également été portés par une lueur d'espoir hier. La réunion entre le Premier ministre britannique Boris Johnson et le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, annoncée comme celle de la dernière chance, a finalement débouché sur une déclaration commune. De manière un peu inattendue, les deux hommes ont ainsi expliqué qu'un accord pourrait encore être obtenu en dernière minute. L'impasse est jusqu'à présent encore totale à cause des désaccords autour de la frontière irlandaise. La livre sterling a connu hier sa meilleure journée en plus de deux ans. La paire EUR/GBP est ainsi passée de la zone de 0,90 à la partie basse de 0,88. De nouveau, nous restons plutôt méfiants par rapport aux mouvements de marché d'hier. Selon nous, la probabilité que le nœud gordien du Brexit soit tranché lors du sommet européen des 17 et 18 octobre reste encore très mince. Nous continuons plutôt de tabler sur un nouveau report de la date butoir et la tenue d'élections au Royaume-Uni.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

EUR/GBP: la livre profite d'une lueur d'espoir dans le dossier du Brexit.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.