Un accord commercial n'est pas l'autre

Les marchés

Hier, nous nous sommes penchés sur les dernières sautes d'humeur du président américain dans le conflit commercial qui l'oppose à la Chine et leurs répercussions sur les marchés. Il est encore très difficile de savoir si, quand et comment les deux grandes puissances économiques trouveront un terrain d'entente. Les déclarations en provenance des deux camps varient d'un jour à l'autre. Nous pensons toutefois qu'il est intéressant de passer déjà aujourd'hui en revue les différentes issues envisageables (probables).

Le conflit entre la Chine et les États-Unis devrait, selon nous, encore durer un certain temps. Aucune des deux parties ne semble en effet pressée de trouver un accord. Les périodes de détente relative, au cours desquelles les discussions pourront reprendre, continueront donc d'alterner avec des périodes d'escalade. Cela continuera évidemment d'alimenter la volatilité sur les marchés. Dans le meilleur des cas, les négociations déboucheront à terme sur un accord commercial global, avec une diminution des droits de douane, un recul des incertitudes au niveau des politiques et des réformes structurelles en Chine (ex.: protection des propriétés intellectuelles, réformes des entreprises d'État...). Il s'agirait aussi de l'issue la plus souhaitable au niveau international.

Malheureusement, ce scénario n'est pas le plus probable. Le fossé entre les deux pays demeure énorme. En outre, les heurts entre les deux puissances dans le cadre de la guerre technologique à laquelle elles se livrent (avec une Chine déterminée à gravir les échelons dans ce domaine) risquent d'être encore nombreux. Si les discussions commerciales actuellement en cours débouchent sur un accord, celui-ci ne sera vraisemblablement que partiel et ne fera pas tomber les barrières au commerce et à l'investissement. Un tel accord contiendra probablement des dispositions prévoyant une augmentation des achats de marchandises américaines par la Chine, dans le but de réduire le déficit commercial bilatéral des États-Unis. Même s'il permettra de réduire les tensions internationales et les incertitudes, un accord, sous quelque forme que ce soit, devrait, selon une récente étude du FMI, aussi avoir des conséquences négatives sur les autres pays qui exportent vers la Chine. Il est en effet peu probable que la Chine augmente fortement ses importations globales. Si, en vertu de l'accord, le pays achète davantage de marchandises US, cela signifie qu'il réduira vraisemblablement ses importations en provenance du reste du monde. En fonction des produits ciblés par l'accord, les zones les plus touchées seront l'UE (véhicules, machines, aéronautique), le Japon (véhicules, machines et électronique) ou les pays du Sud-Est asiatique (électronique, plastique) (voir le graphique). Au sein de l'UE, ce sont surtout les exportations allemandes en direction de la Chine qui risquent de fortement chuter. Un accord commercial n'est donc pas l'autre et les répercussions à l'international pourraient considérablement varier d'un pays à l'autre.

En attendant, les répercussions de cette guerre commerciale sur l'économie mondiale deviennent de plus en plus visibles. Les chiffres détaillés du PIB allemand pour le deuxième trimestre témoignent déjà d'un impact négatif sur les exportations. Et, au niveau mondial, les entreprises n'ont pas vraiment le moral. Le besoin de calme et de clarté se fait donc de plus en plus pressant. Mais un accord commercial n'impliquera pas nécessairement que des bonnes nouvelles...

Jill Van Goubergen, Économiste du groupe KBC

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.