L’UE et le Mercosur tournent le dos au protectionnisme commercial

Les marchés

Malgré un contexte mondial marqué par la hausse du protectionnisme, l’UE et plusieurs pays latino-américains optent pour une autre stratégie : le libre-échange ! Après quelque 20 années de négociations, un accord commercial a été conclu la semaine dernière entre l’UE et le Mercosur – le bloc commercial qui comprend le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay.

L’accord prévoit la libéralisation de plus de 90 % du commerce de marchandises entre les blocs commerciaux sur une période de transition de 10 ans. Les principaux avantages pour les entreprises européennes se situent dans les secteurs automobile, de la construction mécanique, chimique et pharmaceutique, qui étaient jusqu’alors confrontés à des tarifs à l’importation élevés dans les pays du Mercosur. Pour les vêtements et les chaussures, l’interdiction d’importation a même été levée. La Commission européenne a calculé que l’économie sur les tarifs douaniers des entreprises européennes s’élèverait à quelque 4 milliards d’euros, soit quatre fois plus que l’économie estimée dans le cadre du récent accord commercial avec le Japon.
Réciproquement, les pays du Mercosur recevront un accès préférentiel au marché européen pour le bœuf, l’éthanol et le sucre. Les deux parties se sont également engagées à simplifier leurs procédures douanières et à collaborer plus étroitement dans le domaine des prescriptions et des normes techniques.

L’importance des échanges commerciaux avec les pays du Mercosur pour l’UE est relativement limitée. En 2018, la part d’importation et d’exportation avec la région s’élevait respectivement à 2,2 % et 2,3 % du total des importations et des exportations européennes. L’UE exporte principalement des machines et des accessoires, des produits chimiques et des moyens de transport au Mercosur. Dans le sens inverse, les flux commerciaux se composent surtout de produits agricoles. L’accord commercial pourra donc entraîner une augmentation des échanges commerciaux, mais n’aura probablement pas pour conséquence un regain spectaculaire de la croissance du PIB européen.

Cependant, il y a d’autres avantages. L’UE sera le premier grand partenaire commercial à conclure un accord commercial avec le bloc du Mercosur. Vu les importantes restrictions à l’importation que la région applique vis-à-vis d’autres pays, le Mercosur donnera par conséquent un relativement meilleur accès à son marché aux entreprises de l’UE. Dès lors, les entreprises européennes auront l’avantage du précurseur. En outre, les entreprises avec une filiale dans la région du Mercosur pourront plus facilement importer des pièces et d’autres intrants, ce qui améliorera leur compétitivité.

Les bénéfices de l’accord commercial ne sont donc pas négligeables. Toutefois, son approbation ou sa ratification ne sera pas une sinécure. Peu après la nouvelle, un torrent de critiques s’est ensuivi de la part de différents acteurs européens (des associations agricoles, des producteurs d’éthanol…). Et bien que la Commission européenne ait déjà annoncé des soutiens pour les agriculteurs touchés, des associations d’intérêts du secteur compliqueront sans aucun doute la ratification de l’accord au niveau des parlements nationaux. De plus, l’accord suscite la controverse du point de vue environnemental. L’on craint en effet que l’intensification de l’élevage de bétail dans les pays latino-américains n’augmente le déboisement de la forêt amazonienne. Il sera donc essentiel de trouver un bon équilibre entre les gagnants et les perdants.

Jill Van Goubergen, Économiste du groupe KBC

Commerce de l’UE avec le Mercosur (commerce de marchandises, en milliards d’euros)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.