Rebelle italien de nouveau sur le banc des accusés?

Les marchés

L'Italie. Le mauvais élève de la classe européenne depuis si longtemps, avec sa dette monumentale et son économie vacillante. Le Mouvement 5 Étoiles de Di Maio et la Ligue de Salvini s'étaient engagés à redresser l'économie grâce un programme ambitieux (comprenez: impayable). Le gouvernement italien est d'ailleurs à plusieurs reprises entré en conflit avec la Commission européenne, le chantre de l'orthodoxie budgétaire. Son attitude rebelle l'a même poussé sur le banc des accusés au mois de novembre de l'année passée. La Commission avait néanmoins mis un terme à la procédure pour déficit excessif grâce à un compromis acquis de haute lutte. Le déficit convenu de 2,04% était néanmoins basé sur des prévisions de croissance qui se sont rapidement avérées trop optimistes. Le taux initialement proposé - mais rejeté - de 2,4% semblait un peu plus réaliste.

Il aurait été politiquement maladroit de la part de la Commission européenne de pointer à nouveau l'Italie du doigt à la veille des élections européennes. Elle a donc attendu le lendemain. Hier, la Commission a en effet fait savoir qu'elle envisageait de relancer la procédure disciplinaire. Il s'agit de la première étape d'un processus particulièrement fastidieux, mais l'amende finale pourrait se monter à 0,2% du PIB (environ 3,5 milliards d'euros). Cette annonce a donné des frissons aux investisseurs. Ces derniers craignent en effet de revivre le même bras de fer que celui qui avait duré des mois en 2018. La prime de risque de crédit italienne - le différentiel de rendement entre les obligations d'État italiennes et allemandes - a par conséquent rapidement gonflé de 10 points de base et continue de se creuser aujourd'hui. Il avoisine actuellement les 285 points de base. À titre de comparaison, au summum de la confrontation entre l'Italie et l'Europe l'année passée, le différentiel avait grimpé à 327 points.

Le problème de la dette et du déficit de l'Italie pourrait cependant être facilement résolu (en partie). Du moins si l'on en croit Claudio Borghi. Le conseiller économique de Salvini estime que la BCE pourrait assumer un nouveau rôle. La banque centrale est en effet passée maître dans les achats d'obligations. Sachant cela, pourquoi n'achèterait-elle pas aussi des titres de la Banque européenne d'investissement (BEI)? L'idée est aussi simple que controversée: grâce à la BCE, la BEI pourrait se financer à des conditions extrêmement favorables. Et les moyens ainsi dégagés pourraient être affectés à la promotion de projets d'infrastructure en Europe (et de préférence en Italie). Il s'agirait d'une sorte d'assouplissement quantitatif pour l'infrastructure.

La proposition n'a pas été bien accueillie. Cela ressemble en effet à un financement monétaire (in)direct, ce qui est strictement interdit pour la BCE. Dans un passé pas si lointain, la banque centrale s'était retrouvée devant la justice pour son programme de rachat d'actifs. Il est donc peu probable que la suggestion de Borghi soit prise au sérieux. Mais cette proposition a tout de même le mérite d'exister. Depuis pas mal temps, le monde politique a le sentiment que la BCE pourrait et devrait en faire plus pour tenter de sortir l'économie européenne de l'ornière. L'Italie est donc le premier pays à avoir traduit ce sentiment dans une proposition concrète. Le premier, mais peut-être pas le seul. À terme, cela pourrait mettre la BCE dans une position embarrassante...

 

De retour sur le banc des accusés, l'Italie voit sa prime de risque de crédit se creuser à nouveau.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La croissance chinoise ralentit, la PBOC abaisse les taux

La croissance chinoise ralentit, la PBOC abaisse les taux

Le dollar cherche son souffle

Le dollar cherche son souffle

Reprise vigoureuse sur les marchés du travail

Reprise vigoureuse sur les marchés du travail

Le projet de réduction progressive du bilan de la Fed prend forme

Le projet de réduction progressive du bilan de la Fed prend forme