2271864077
2271864077

Lueur d’espoir pour les investissements dans les énergies propres ?

Opinion économique

Cora Vandamme
2271864077

La route vers le Net Zero n’est pas pavée et devient de plus en plus escarpée. Si nous avons le moindre espoir d’atteindre le bout du chemin, le monde doit investir, entre autres, dans un secteur de l’énergie propre pour nous y emmener. Malgré certains progrès, les engagements politiques en faveur de la décarbonisation et leur mise en œuvre restent insuffisants, tout comme les investissements dans la transition énergétique, mais le dernier rapport de l’AIE sur les investissements dans l’énergie apporte une lueur d’espoir : l’augmentation significative des investissements dans les énergies propres depuis 2021, si elle se poursuit jusqu’en 2030, dépasserait globalement le scénario des engagements climatiques annoncés par l’AIE (compatible avec une augmentation de la température d’environ 1,7 degré en 2100). Il est essentiel de comprendre les forces qui sous-tendent l’augmentation récente des investissements dans les énergies propres, en particulier dans le contexte de la crise énergétique. Comme l’a récemment noté le FMI, l’impact d’un choc des prix de l’énergie et d’une augmentation du prix du carbone, bien que similaire, n’est pas le même. En effet, la crise énergétique semble avoir un impact sur les investissements dans le domaine de l’énergie qui favorise ou entrave la transition, comme l’expansion de l’offre de GNL prévue en Europe. Cela souligne la nécessité de politiques climatiques claires et crédibles pour garantir la poursuite de la transition énergétique.

L’objectif “Net Zero” d’ici 2050 nécessite une décarbonisation rapide du secteur de l’énergie. Les politiques qui augmentent le coût des émissions (une taxe sur le carbone ou un système d’échange de quotas d’émission) sont essentielles pour encourager le passage à un système énergétique plus propre, mais l’investissement dans le développement de ce système énergétique alternatif et propre est crucial. Ce changement entraînera probablement des coûts macroéconomiques à court terme, mais de nombreux modèles climatiques et économiques s’accordent à dire qu’une transition plus douce et plus précoce contribuera à les minimiser. Pour tenter de quantifier les coûts macroéconomiques (à la fois à court et à long terme), on peut évaluer l’impact économique d’un prix du carbone plus élevé.

Choc du prix du carbone contre choc du prix du pétrole

Comme l’a noté le FMI dans un article intitulé “Near-term Macroeconomic Impact of Decarbonization Policies” (2022)1, s’il est tentant de comparer une augmentation du prix du carbone à un choc pétrolier, les deux entraînant une hausse du prix des combustibles fossiles, il existe d’importantes différences. Tout d’abord, un choc pétrolier augmente les revenus des producteurs de combustibles fossiles, alors qu’un prix du carbone élevé fait baisser les prix (nets) pour eux et génère des revenus pour l’État. Ces recettes peuvent être utilisées pour compenser les coûts macroéconomiques, soutenir les secteurs les plus durement touchés ou investir davantage dans la transition énergétique. En outre, les chocs pétroliers sont généralement considérés comme temporaires et inattendus, alors que la tarification du carbone devrait être introduite (et augmentée) progressivement et devrait être considérée comme un élément permanent de la politique. S’il est conçu et mis en œuvre de manière crédible, un prix du carbone devrait contribuer à décourager les investissements dans les combustibles fossiles.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie s’est déroulée dans un contexte où la fenêtre temporelle se refermait rapidement pour assurer une transition harmonieuse et ordonnée vers une économie à faibles émissions de carbone. La guerre a provoqué une crise énergétique et une flambée des prix, en particulier en Europe, tandis que le peu de temps qu’il reste pour la transition énergétique incite les décideurs politiques (encore une fois, en particulier dans l’UE) à mettre en œuvre des politiques de tarification du carbone plus strictes. Il est donc particulièrement important de comprendre les différences entre un choc des prix du carbone et un choc des prix de l’énergie standard (pétrole), car les deux ont clairement un impact sur le paysage énergétique mondial et européen. À cet égard, le récent rapport2 de l’AIE sur les investissements mondiaux dans le secteur de l’énergie pour la période 2021-2023 (estimations) fournit des données intéressantes.

Contrairement à la plupart des rapports relatifs à la crise climatique et à la transition, le rapport de l’AIE offre une lueur d’espoir que le monde évolue dans la bonne direction en matière d’atténuation. Il souligne notamment que les investissements dans les énergies propres augmentent désormais plus rapidement que les investissements dans les combustibles fossiles, et que le ratio annuel devrait être de 1,7:1,0 en faveur des énergies propres en 2023. Bien que le rapport ne soit pas tout rose (des obstacles subsistent, en particulier dans les économies en développement), il note qu’une accélération continue des investissements dans les énergies propres au même rythme signifie que “les dépenses globales en 2030 pour l’électricité à faibles émissions, les réseaux et le stockage, et l’électrification de l’utilisation finale dépasseraient les niveaux requis pour respecter les engagements climatiques annoncés par le monde (APS)”. L’APS ne met pas le monde sur la bonne voie pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degré, mais il pourrait suffire à limiter le réchauffement à 1,7 degré. Si l’on creuse un peu plus le rapport, on remarque que sur les bénéfices exceptionnels de l’industrie des combustibles fossiles en 2022, seuls 48 % sont réinjectés dans l’approvisionnement en pétrole et en gaz, contre 82 % il y a cinq ans. Bien que nettement moins élevé qu’auparavant, le réinvestissement de 48 % représente tout de même une augmentation de 6 % de l’investissement total dans le pétrole et le gaz, en grande partie grâce à l’augmentation des bénéfices due au choc des prix de l’énergie. Néanmoins, la part plus faible des réinvestissements semble indiquer que l’impulsion politique actuelle en faveur d’une transition énergétique empêche les investissements dans les combustibles fossiles d’être encore plus élevés, car les investisseurs veulent éviter le risque d’actifs immobilisés.

La crise de l’énergie accroît le risque d’actifs immobilisés

Selon un rapport récent de Climate Action Tracker (CAT) (novembre 2022)3, le risque d’actifs immobilisés est particulièrement important dans le secteur du gaz naturel liquéfié (GNL). La crise de l’énergie a suscité des inquiétudes dans le monde entier quant à la sécurité énergétique. En réponse, de nombreux gouvernements, pressés par les risques de pénuries d’énergie critiques et imminentes, ont décidé d’augmenter massivement leurs investissements dans les infrastructures de GNL au lieu de doubler la mise sur les énergies renouvelables, l’efficacité et l’électrification. L’UE, qui a été fortement touchée en raison de sa forte dépendance à l’égard des exportations énergétiques russes, a opté pour une réponse politique mitigée. D’une part, elle a fixé des objectifs plus ambitieux en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique et a augmenté les investissements pour soutenir ces objectifs. D’autre part, l’UE a également essayé frénétiquement de s’assurer des livraisons de gaz fossile en dehors de la Russie et de se doter d’infrastructures d’importation de GNL. Selon le CAT, depuis l’invasion, 25 nouveaux terminaux GNL ont été annoncés dans l’UE, une capacité équivalente à environ 41 % de la demande totale de gaz fossile de l’UE et plus que nécessaire pour remplacer les importations de gaz en provenance de Russie (les importations en provenance de Russie en 2021 s’élevaient à 155 milliards de m3, tandis que les nouvelles infrastructures porteraient la capacité d’importation à 168 milliards de m3).

Ces projets sont d’autant plus préoccupants que le scénario actualisé Net Zero by 2050 (NZE) de l’AIE estime que la demande de gaz fossile doit être inférieure d’au moins 30 % aux niveaux de 2021 d’ici à 2030 et de plus de 60 % d’ici à 2035 (World Energy Outlook, 2022). Cela signifie que la capacité existante dépasse les besoins en 2030 selon le scénario NZE. En investissant massivement dans une capacité supplémentaire de GNL, nous risquons de nous éloigner encore plus de la trajectoire de zéro émission nette. Le CAT a calculé que les plans d’expansion de la capacité GNL (en construction, approuvés et proposés), s’ils sont jamais pleinement utilisés, pourraient augmenter les émissions en 2030 de plus de 1,9 GtCO2e par an par rapport aux niveaux d’émission compatibles avec les NZE. Les plans actuels d’infrastructure GNL nous laissent avec deux scénarios possibles pour l’avenir : soit les actifs ne sont pas utilisés et deviennent inutilisables, soit ils sont utilisés et nous sommes bloqués par le carbone.

Bien qu’un choc pétrolier et une augmentation du prix du carbone soient intrinsèquement différents, ils représentent tous deux une augmentation du coût des combustibles fossiles, et tous deux ont joué un rôle dans l’économie mondiale, et en particulier dans l’économie européenne, depuis la fin de l’année 2021.  Le rapport de l’AIE suggère que les deux fonctionnent différemment, mais qu’ils peuvent tous deux contribuer à la décarbonisation (encore trop lente) du secteur de l’énergie. La crise énergétique a eu un effet d’entraînement et d’attraction : d’une part, elle a fortement augmenté les investissements dans les énergies propres en soulignant le besoin de sécurité énergétique et en stimulant les préférences des consommateurs pour l’électrification, et d’autre part, elle a permis aux investissements dans les combustibles fossiles d’augmenter encore, étant donné qu’une (plus petite) partie des bénéfices exceptionnels est réinvestie. Un prix du carbone plus élevé a un impact plus unidirectionnel, car il encourage presque exclusivement les investissements dans les énergies renouvelables (et non dans les combustibles fossiles). Il apparaît donc clairement qu’une communication politique claire et crédible sur l’augmentation des coûts du carbone est essentielle pour assurer une transition énergétique en temps voulu.

1 World Economic Outlook, October 2022: Countering the Cost-of-Living Crisis (imf.org)

2 Overview and key findings – World Energy Investment 2023 – Analysis - IEA

3 Global Update - Gas expansion overtakes climate - Nov 2022 (climateactiontracker.org)

Disclaimer:

Toute opinion formulée dans les KBC Opinions Économiques représente l’opinion personnelle de l’auteur ou des auteurs. Any opinion expressed in this KBC Economic Opinions represents the personal opinion by the author(s). Ni la mesure dans laquelle les scénarios, les risques et les pronostics présentés reflètent les prévisions du marché, ni la mesure dans laquelle ils seront corroborés par la réalité ne peuvent être garanties. Les prévisions sont fournies à titre purement indicatif. Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Elles ne peuvent être considérées comme des recommandations en investissement. La durabilité fait partie de la stratégie commerciale globale de KBC Group NV (voir https://www.kbc.com/fr/durabilite-de-l-entreprise.html). Nous tenons compte de cette stratégie dans le choix des sujets de nos publications, mais une analyse approfondie de l'évolution économique et financière nécessite d'aborder une plus grande variété de sujets. Cette publication relève de la ‘recherche en investissements’, telle que visée par la loi et la réglementation sur les marchés d’instruments financiers. Toute transmission, diffusion ou reproduction de ces informations, sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, est interdite sans l’autorisation expresse, préalable et écrite de KBC Groupe SA. KBC et CBC Banque SA ne peut être tenu responsable de leur exactitude ou de leur exhaustivité.

Publications liées

Pourquoi l’économie américaine résiste-t-elle – pour l’instant – à la pression de la politique monétaire ?

Pourquoi l’économie américaine résiste-t-elle – pour l’instant – à la pression de la politique monétaire ?

Les prix de l’immobilier aux États-Unis continuent de surprendre

Les prix de l’immobilier aux États-Unis continuent de surprendre

La politique budgétaire : un outil oublié dans la lutte contre l’inflation

La politique budgétaire : un outil oublié dans la lutte contre l’inflation

La politique de taux d’intérêt de la BCE en période de QT

La politique de taux d’intérêt de la BCE en période de QT